Share
View previous topicGo downView next topic
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Wed 22 Apr - 1:29


Last edited by Adé on Thu 18 Jun - 23:57; edited 2 times in total
avatar
Rotation
Rotation
Messages : 244
Date d'inscription : 2010-11-19
Age : 36
Localisation : Dijon
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Wed 22 Apr - 21:17
Mdr !!! Bien le photo montage cheers

T'as un teaser ?! Laughing
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Thu 23 Apr - 1:30
dent_de_sabre wrote:Mdr !!! Bien le photo montage cheers

Merci Smile , fait à l'arrache mais il m'a fallu 3 heures quand même pour le faire Laughing .

dent_de_sabre wrote:T'as un teaser ?! Laughing

Non, je suis pas assez doué. Par contre ça me fait penser que j'ai oublié d'ouvrir le topic spécial commentaires Laughing .
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Thu 23 Apr - 1:33
PROLOGUE

1er juillet, 8h55. Je quitte le périphérique et m'engage sur l'avenue Jean Jaurès. Je fais bien attention à ne pas me faire prendre au radar, même s'il n'y a aucune raison que ça arrive. Ça roule bien aujourd'hui, c'est probablement dû au fait que ce sont les vacances scolaires. En temps normal c'est un bordel pas possible de circuler sur cette avenue.

Je passe devant le McDo, à la radio ils passent " What's my age again ?" de Blink 182. J'adore cette chanson. Elle parle du temps qui passe, vite, bien trop vite. Ça me fait penser... 8 ans, 9 ans ? Non, 11ans. Déjà 11 ans que j'ai commencé ma carrière d'entraîneur pro. Qu'est-ce que ça passe... Toutes ces victoires, ces défaites, ces joies indescriptibles...

J'arrive enfin sur le parking de Tola Vologe. Je remarque qu'ils ont repeint les lettres de ma place de parking. "L.D.P". Ça tombe bien, depuis le temps que je suis ici, elles avaient vraiment besoin d'être rafraîchies. Faut croire que notre dernier titre de champion a fait énormément plaisir au président pour que j’aie droit à ce privilège.

Je me gare, et rentre dans les locaux. Il y a une mini-effervescence, vu que c'est aujourd'hui que la saison recommence. Enfin, sur le papier, parce que les amicaux et les stages d'avant-saison ont beau être utiles, il n'empêche que ça n'a pas la saveur particulière des joutes hebdomadaires du championnat ou des matchs de coupe. Quant à celle de la Ligue des Champions, je n'en parle pas... La compétition, c'est incomparable. Mais aujourd'hui, je vais me contenter des formalités : conférence d'avant-saison avec la presse nationale et présentation des objectifs. J'appréhende un peu, je vais sûrement avoir des questions sur la Coupe du Monde ratée avec l'Angleterre. Bon, je vais être direct, c'est ce qu'il y a de mieux à faire.

Je croise le président Aulas, tout sourire. Il est avec les journalistes d'un journal que je n'arrive pas à identifier :

- "Alors Lestat, prêt pour cette nouvelle saison ?

- Vous savez bien que je suis toujours prêt pour battre de nouveaux records, monsieur."

Je connais le père Aulas depuis assez longtemps pour savoir qu'une phrase de ce type le rendra heureux pour le reste de la journée. J'ai énormément de respect pour le personnage, c'est quand même lui qui a tiré le club vers le haut depuis l'ex-D2 jusqu'à là où il en est aujourd'hui. Autant d'années et d'investissement dans le club, on ne peut qu'admirer.

-"Alors c'est pour cette saison la deuxième étoile ?, me dit-il tout sourire.

Et merde. La seule question à laquelle je n'avais pas envie de répondre. J'aurais encore préféré qu'il me relance sur ma Coupe du Monde avec l'Angleterre. Je me contente de lui répondre avec un haussement de sourcils qui indique qu'en tout cas je ferais tout pour. Je ne vais pas me fâcher avec lui le jour de la rentrée.

Un peu avant d'arriver dans la salle de conférence, je remarque qu'un gamin court vers moi :

-"M'sieur, M'sieur je peux avoir un autographe ? "

Je prends le bout de papier et le stylo qu'il me tend.

-"C'est quoi toi nom ?

-C'est Max, mais tout le monde m'appelle Max la menace !"

En me disant ça, il fait une espèce de chorégraphie qu'il a probablement dû voir dans un film de super-héros du genre Spiderman.

-"Et alors Max, tu penses qu'on finira champion cette saison ?

-Oui, et même que 2 ans ont pourra jouer contre Tours, parce que Tours c'est de là où je viens et c'est mon deuxième club préféré ! Et je serai trop content quand on pourra jouer tous les 2 clubs.

-Dans deux ans j'espère que tu seras sur la pelouse avec notre maillot, parce que rien qu'à voir ta morphologie je suis sûr que tu ferais un excellent ailier.

-Peut-être, mais moi quand je serai grand je veux être entraîneur comme vous. Parce que moi aussi un jour je veux gagner la Ligue des Champions et avoir la statue devant Gerland !

-Je suis sûr que tu y arriveras. Mais je préfère te prévenir, je compte pas lâcher mon poste de sitôt. Alors tu vas devoir attendre avant de prendre ma place."

Il éclate de rire, et repart tout heureux : "Papa Papa, tu sais qu'il m'a dit ? Il m'a dit que je serai un jour un grand entraîneur !". En l’entendant dire ça, je me demande s’il se battra sans répit et qu’il fera tout pour être vainqueur.

Je les aime bien les gosses, ils ont une naïveté touchante. Ils croient que le foot c'est comme Football Manager, tu prends le Cm Scout, tu charges ta base de données, et de manière quasi-magique, tu trouves un buteur Bulgare, deux milieux Guatémaltèques et autant de défenseurs Maltais, qu'il suffit simplement d'aligner sur un terrain de foot fait de pixels, et d'attendre qu'au bout de 38 journées tu sois champion. Depuis le temps que je suis dans le milieu, j'ai acquis bien assez d'expérience pour savoir que la réalité est plus proche de "L'enfer du dimanche" que d'une partie de jeu vidéo. Gérer les egos, la pression des matchs, des dirigeants, des sponsors, des supporters, celle que tu t'infliges toi-même, et tout un tas d'autres trucs, c'est autre chose que de cliquer sur des noms et de faire un clic droit pour donner des consignes. Enfin bref... Faut travailler dur pour en arriver là où je suis et atteindre ma réputation.

Mais au fait, j’y pense, je ne me suis pas encore présenté. Vous avez de la chance, j'ai encore quelques secondes avant d'atteindre la salle de conférence. Je vais vous faire une petite séance de rattrapage express.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Fri 24 Apr - 1:37
Partie I-A
AEK Athènes

Moi c'est Lestat De Portivo. Je suis né il y a maintenant 45 ans dans cette belle ville de Lyon, plus exactement sur les pentes de la Croix-Rousse. J'ai toujours aimé le football, mais le foot lui m'a difficilement aimé ; en effet, je suis né comme qui dirait avec deux pieds gauches. Si comme tous les gosses je rêvais d'être une star du ballon rond, je me suis rapidement rendu compte que vu mes (in)capacités techniques, je devrais rapidement changer de projet professionnel. Finalement, je me suis contenté d'une modeste carrière de joueur du Dimanche, au sein de clubs de secondes zones départementales.

Le déclic a eu lieu vers mes 20 ans, âge auquel je me suis dit que je pouvais très bien rester sur le terrain, mais de l'autre côté de la ligne de touche. Après tout, un coach peut très bien diriger une équipe, même avec deux pieds gauches.

Le premier tournant de ma carrière a eu lieu en 2003. A cette époque, je venais tout juste d'obtenir mes diplômes d'entraîneurs, et pour fêter ça, je suis parti m'offrir quelques jours de vacances en Grèce. Un jour je m'arrête pour regarder un match entre des gamins dans la banlieue d'Athènes, et me mets à discuter avec un type dont le neveu participait au match. A la fin de la rencontre, il me dit qu'il aimerait me rencontrer avec des "collègues" pour discuter un peu plus d'autres sujets. Je lui laisse mon numéro, mais je me méfie : un mec qui t'invite pour rencontrer des collègues... Je veux bien qu'on soit en Grèce, moi je ne suis pas de ce bord-là. En réalité, il s'agissait de Giannis Genitsaridis, le président de l'AEK Athènes. A l'époque, le club voulait se renouveler. Le président était en froid avec Dusan Bajevic, l'entraîneur d'alors, qui, même s'il avait des résultats plutôt corrects, n'arrivait pas à concurrencer l'Olympiakos au niveau national. C'est pour ça que le président s'était mis en tête de moderniser son club, en rajeunissant le staff, afin d'avoir des idées nouvelles. Et qu'accessoirement, il me proposait le poste d'entraîneur.

Ma première saison avec l'AEK a été plutôt prometteuse : on a fini troisièmes du championnat, mais demi-finalistes de la Coupe UEFA, éliminés par... l'Olympiakos, en prolongations. Avec la Coupe de Grèce en poche.

La deuxième saison a été le second tournant de ma carrière. Alors qu'on venait de se faire remarquer sur la scène Européenne, de nombreux clubs se sont mis à s'intéresser à Giannis Okkas, le buteur star du club qui sort d'une saison pleine. En fin de contrat avec nous, il refuse de prolonger. Il n'a rien à reprocher au club, mais n'a pas supporté le limogeage de Bajevic, qu'il considérait comme son mentor. Alors que son départ approche, le Barça se penche sur son cas, mais aussi l'Olympiakos. Impensable de le laisser partir pour nos rivaux, que j'ai déjà du mal à battre, alors avec un renfort de ce niveau... En hâte, je le propose à l'OL qui saura sûrement apprécier la qualité de ce renfort. Okkas sera transféré, mais c'est la première fois que j'ai à faire à Aulas, qui s'arrangera de l'escroquer de 500 000 euros sur le montant final, profitant de l'urgence de la situation.

Pour remplacer notre Chypriote, je me tourne vers un jeune buteur de la Juve, que personne ne connaît, Benjamin Onwuachi. Alors qu'il sort d'une saison en demi-teinte avec la réserve de la Vieille Dame, je l'observe plusieurs fois et me décide à tenter le pari. Énormément d'approximations dans le jeu, mais un potentiel énorme. 1 millions d'euros, et le voilà vêtu du maillot jaune et noir. Je n'aurai pas à le regretter... Débarqué en Janvier 2005, il finira 2ème meilleur joueur du championnat à la fin de la saison, plantant une dizaine de buts. Dès le mois d'Aout, il nous sort 5 buts contre Anderlecht, alors que nous étions menés au score, et nous qualifie pour la Ligue des Champions.

En dépit de ses performances hors du commun, notre parcours Européen et National ne sera pas exceptionnel : certes on remporte à nouveau la Coupe de Grèce, et on s'adjuge même la Supercoupe Grecque, mais on finit assez loin derrière l'Olympiakos en championnat, finissant encore 3èmes.

Il faudra attendre ma troisième saison pour réussir ce que tout le peuple d'Athènes (enfin celui qui ne supporte ni l'Olympiakos ni le Panathinaikos...) attendait : finir champion. Le club attendait ça depuis 1994, et le fête a été à la hauteur de l'attente. L'ouzo a coulé à flots pendant 3 jours, et il était impossible de circuler dans les rues environnant le stade.

Mais dans le foot, il est rare que l'on profite longtemps de ces bons moments. La réalité a vite fait de nous rattraper et de nous rappeler à quel point on doit rester concentrer. Quelques jours après notre titre, tout le monde commence à parler de cet entraîneur Français inconnu qui en moins de trois saisons a su faire chuter le grand Olympiakos. Et un matin, je reçois une offre, Saint-Etienne me propose le poste d'entraîneur.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Sat 25 Apr - 2:24
Partie I-B
AEK Athènes

Saint-Etienne. Et puis quoi encore ?

Je refuse poliment. Mais par pur hasard, j'apprends que Lyon est lui aussi à la recherche d'un entraîneur. Lyon, le club de mon enfance, le club de toute ma vie. J'envoie ma candidature, sans grande conviction. Je n'obtiens pas de réponse. Ça ne me surprend pas plus que ça, ce n'est pas avec 1 titre de champion de Grèce que je peux prétendre à devenir l'entraîneur du club. Surtout que je sais bien qu'en France, le championnat de Grèce c'est un peu comme le championnat de Papouasie : tout le monde s'en fout. Bref, je commence à préparer ma 4ème saison avec l'AEK.

Mais à 3 jours du match de Supercoupe Grecque, je reçois un appel : le comité directeur de l'OL a décidé, ils me veulent comme entraîneur. À Athènes, la rumeur fuit et enfle ; De Portivo pourrait quitter l'AEK. En quelques heures, la moitié des chaînes infos télévisés et des radios ont fait de ce titre l'une de leurs actualités phares. Sur les forums, et notamment ceux du site officiel du club, le nombre de sujets et de messages explosé. Surtout qu'Aulas ne me laisse pas le choix : la saison en France a déjà commencé, et il ne veut pas perdre de temps. J'ai 24H pour me décider, sans quoi il contactera le second nom de sa short-list.

Je me retrouve face au 1er gros dilemme de ma carrière : planter l'AEK, le club qui m'a donné ma chance et m'a tout donné pour rejoindre Lyon, le club de mes rêves, à 3 jours d'un match de coupe important, soit rester et laisser filer leur une occasion qui ne se représentera peut-être jamais. Sachant que si je pars et que je me loupe, c'est peut-être ma carrière qui va en pâtir derrière.

Je rencontre le président, il me dit qu'il n'a aucune envie de me laisser partir, mais qu'il comprend très bien la situation, et qu'il me laissera partir pour mon club de cœur. Mais il est encore plus strict qu'Aulas, et me dit qu'il organisera une conférence de presse le lendemain à 14H pour que j'annonce ma décision. Super, j'avais 24H pour me décider, je n'en ai plus que 18 maintenant... Autant dire que ces quelques heures ont été à la fois les plus longues et les plus courtes de ma vie.

Je n'oublierai jamais ce moment, celui ou je suis entré en salle de conférence. A peine avais-je passé la porte, qu'un silence monumental se fit ; on se serait cru dans la Cathédrale de l'Annonciation. Tous les journalistes pro-AEK faisaient une tête de six pieds de long, ceux pro-Olympiakos ou pro-Pana avaient un sourire qui leur remontait jusqu'aux oreilles. En 3 ans à manager l'AEK, j'avais appris à détester nos rivaux, peut-être plus que nos supporters, et sur le moment je dois dire que je n'avais qu'une envie, celle de leur mettre une bonne droite dans la gueule pour leur enlever leur sourire à la con. Mais dans certaines situations, il y a certaines choses qu'on ne peut pas se permettre, d'autant plus quand tu sais que t'es faits et gestes risquent de passer à la télé et d'être vus par des gamins.

Les mots que j'ai prononcés ce jour-là sont encore gravés dans ma mémoire, plus de 6 ans après :

"Vous savez tous pourquoi on organise cette conférence aujourd'hui. Ce n'est pas pour préparer le match de Supercoupe de Vendredi, ce n'est pas pour vous annoncer une nouvelle recrue, ni pour parler de la nouvelle saison qui approche. Comme vous le savez, j'ai été contacté par un club qui m'a proposé de devenir son entraîneur. Ce n'est pas n'importe quel club, puisque c'est une équipe qui m'est très chère, l'Olympique Lyonnais.
Dans la vie, et peut-être encore plus dans la vie d'un entraîneur de football, il y a des choix difficiles à faire. Savoir qui on doit titulariser pour le prochain match, savoir quelle tactique on doit adopter pour la prochaine rencontre ou savoir si on doit faire rentrer un attaquant pour un défenseur ou se contenter du nul.
Là c'est un choix totalement inédit qui se présente dans ma jeune carrière d'entraîneur : rester dans un club qui compte énormément pour moi, qui m'a tout donné et à qui j'ai essayé de rendre le maximum en retour, ou réaliser un rêve.
Je dois dire que l'AEK est un club qui restera à jamais gravé dans mon cœur. Déjà parce que c'est mon premier club, mais aussi parce que j'y ai tout vécu, joies comme peines. Même si je dois reconnaître qu'il y a heureusement eu plus de joies. Notre titre conquis en fin de saison dernière a montré à toute le Grèce que l'Olympiakos n'était finalement qu'un club comme un autre, et qu'il pouvait aisément être battu, et que seul l'AEK est promis à régner sur le championnat Grec dans les prochaines saisons
".

Pan. Dans votre gueule les journalistes pro-Olympiakos.

"Mais maintenant que j'ai tout gagné en Grèce, je ressens le besoin de relever de nouveaux défis, de gagner de nouvelles compétitions. Non pas que je ne pourrais pas le faire avec l'AEK, mais le faire avec Lyon, c'est un vrai rêve de gamin. Et quand l'opportunité se présente, il faut savoir la saisir : elle ne se représentera peut-être pas une deuxième fois. J'aurais 20 fois, 50 fois préféré vous faire mes adieux lors de notre titre, ou alors après notre victoire en Supercoupe Grecque. Mais le foot est ainsi fait, et je dois me décider aujourd'hui. Je m'excuse auprès de vous tous, supporters, membres du staff, président, de partir un peu comme un voleur, mais j'espère que vous comprendrez la situation. Je vous remercie de m'avoir ces 3 superbes années, car quand on débute dans le foot, on ne peut pas rêver d'un meilleur accueil de la part d'un club. Quoiqu'il arrive, l'AEK restera à jamais dans ma mémoire, et je souhaite sincèrement à celui qui me succédera de vous plus de titres que je ne vous en ai apportés, car vous êtes vraiment un club qui le mérite. Je vous remercie de votre attention."

Oui je sais, c'est le discours d'adieu le plus long qu'on ait jamais dû entendre. Oui je sais, je suis parti en free-style sur la fin. Et encore, les journalistes présents dans la salle ont eu le privilège de l’écouter dans un Grec dont la grammaire était digne d’un enfant de 6 ans. Mais en 18H, je n'avais rien trouvé à préparer. Du coup, j'ai improvisé. En quittant la salle de conférence, j'ai croisé quelques supporters, qui m'ont tous remercié pour le travail que j'avais fait. Pendant tout le trajet qui me ramenait à chez moi, je n'ai pas arrêté de me poser la question : est-ce que j'ai fait le bon choix ? Car je n'avais plus le temps de réfléchir : Aulas voulait que je rejoigne Lyon le plus rapidement possible, et je prenais l'avion ce soir pour rallier la capitale des Gaules. Ça doit être la coupure la plus nette que je n'ai jamais vécue. Chose étrange, Athènes avait beau être ma ville d'accueil, et j'avais beau être originaire de Lyon, j'avais le sentiment de quitter mon chez-moi pour sauter dans l'inconnu. Bref, le soir même je rejoignais l'aéroport Eleftherios Venizelos direction la future capitale du football mondial.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Sun 26 Apr - 0:52
Partie II
Olympique Lyonnais

L’accueil à Lyon fût cordial, mais sans plus. Je débarque avec Vagner Leonardelli et Aldonin dans mes valises, et retrouve Okkas, qui, il faut être honnête, cire le banc depuis son arrivée ici. Si le fait d’être de Lyon a pu jouer en ma faveur, les supporters ne s’en sont pas contentés et m’ont rapidement demandé des résultats. Et comme je n’aime pas attendre, je leur ai rapidement répondu.

Alors que le club venait de finir 6ème du championnat, et s’était piteusement fait sortir quelques jours plus tôt en Intertoto contre le FC Séville, on a enchainé 3 mois de matchs sans défaite, ce qui nous a rapidement propulsés vers les hauteurs du championnat. Bon d’accord, au bout du troisième, on s’est fait sortir en Coupe de la Ligue par le PSG sur le score de 4-0… Mais au final on finira champions. Dès ma première année. Mettant ainsi fin à une insolente suprématie Marseillaise, que j’avais surnommé « L’Olympiakos Français » pour amuser les médias, sur le championnat.

Ma deuxième saison est, et reste à ce jour, la plus aboutie. Sans grosse modification de mon effectif, le club a remporté en 2008 le championnat, la Coupe de la Ligue, le Trophée des Champions, la Ligue des Champions, la Supercoupe d’Europe et la Coupe Intercontinentale. Même 6 ans après, je crois que je ne réalise toujours pas ce parcours incroyable, surtout celui en Ligue des Champions : en 1/8èmes, on tombe sur l’Inter, 0-0 à l’aller, 1-0 au retour but de Govou. En ¼, on joue Arsenal, et ses stars Aliadière, Ljungberg et Silva, pour ne citer qu’eux. On prend 3-0 rapidement, mais un but de Kamara, notre attaquant star de l’époque, en fin de match va changer la donne. Car au retour à la maison, on les allume. 3-0. Un Coupet de feu dans les cages finira de dégouter leurs attaquants.

Les ½ ont sûrement été les plus étranges que l’on ait jamais vues, Juventus-Copenhague, Lyon-Dynamo Kiev. Je crois qu’on a gagné 2-1 et 3-1, mais je n’en suis pas sûr. Tellement de matchs ont été joués depuis…

Contre la Juve en finale, ça a été un grand moment, on joue à l’Olimpico, c’est le dernier match de Del Piero, et quelques heures avant le match, Lizarazu se blesse, comme Réveillère. Si je peux remplacer le 1er par Montoya, un jeune du centre de formation, je n’ai aucune solution pour le second. Diagnostic, une douleur au dos. Pas vraiment handicapant, mais pas de quoi être à 100% non plus. Je décide de convoquer Antho avant le match, et je lui dis entre 4 yeux : « Antho, je sais que t’es blessé. Je sais que t’es pas à fond pour ce match. Mais ça fait 1 an qu’on joue cette compétition, on a fait des matchs incroyables, on a sorti des équipes bien plus fortes que nous alors que personne ne s’y attendait. Aujourd’hui, il reste 90 minutes. Après ces 90 minutes, on aura l’occasion d’écrire l’une des plus belles pages de l’histoire du club. Si t’en fais partie, tu écriras aussi l’une des plus belles pages de ta carrière. T’étais titulaire en 2002 avec Valence pour la finale de la Ligue des Champions ? T’as perdu ? Aujourd’hui je t’offre une chance, celle de corriger cette erreur. Ça fait 6 ans que tu attends ce moment, alors si tu ne te sens vraiment pas apte à jouer ce match, dis-le, pas de problème, je comprendrai. Mais faut te dire que c’est peut-être la dernière fois que cette occasion se présente alors avant de me donner ta décision, réfléchis bien ».

Ce que j’aime chez Antho, c’est qu’il réfléchit vite et bien. C’est pas pour rien que c’est le meilleur latéral droit Français, et peut-être du monde. Même blessé, il a joué. Et même blessé, il a tenu la baraque. Finalement, on ouvrira le score grâce à Govou, avant qu’Okkas, rentré en cours de jeu, ne double la mise. Un but spéciale dédicace aux supporters de l’AEK. La réduction de Del Piero n’y changera rien, on gagne 2-1, et Lyon a enfin sa petite étoile. 1 an après, j’aurai droit à ma statue devant Gerland, suite au pressing des supporters.

Par la suite, on gagnera le championnat jusqu’en 2010, puisqu’en 2011 et 2012 ce seront Saint-Etienne et Nantes qui nous prendront notre titre. On finira néanmoins deuxièmes à chaque fois, gagnant la Coupe de la Ligue la première année, et rien la seconde, mais disputant une deuxième finale de Ligue des Champions perdue 2-0 contre Manchester United. Depuis 2013, on a récupéré notre couronne nationale.

En bref, en 8 ans, Lyon a récupéré 6 titres de champion, 2 Coupes de la Ligue, 1 Coupe de France, 4 Trophées des Champions, 1 Ligue des Champions, 1 Supercoupe d’Europe, 1 Coupe Intercontinentale et, sur un plan plus personnel, 6 titres de meilleur entraîneur. Pas mal pour un mec dont les supporters doutaient de son niveau à son arrivée.

Partie III
Sélections Nationales

Bien évidemment, mes performances m’ont permis de connaitre les joies (et grosses emmerdes accessoirement) du poste de sélectionneur national. D’abord avec le Cameroun, puis avec l’Angleterre, avec qui je suis resté 4 ans invaincu, et ai remporté le Championnat d’Europe en 2012. Ce qui m’a permis d’être anobli par la Reine d’Angleterre et de devenir Sir Lestat De Portivo. Eh oui, comme Alex Ferguson. Autant vous dire que pour un Français, être anobli par la Couronne Britannique, c’est un sacré exploit.

Néanmoins, après une Coupe du Monde ratée, et un licenciement qui a fait parler de lui, c’est la sélection d’une autre couronne qui m’a appelée, celle des Pays-Bas.

Voilà, vous savez maintenant qui je suis. J’approche de la porte de la salle de conférence, il est temps pour moi de me lancer dans l’arène, et de lancer le coup d’envoi de la saison 2014-2015.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Wed 29 Apr - 1:48
Conférence d’Avant-Saison
( ça y est, la story commence enfin ! )

Je pousse la porte de la salle de conférence, il y a quelques murmures. Si c’est la rentrée pour moi, ça l’est également pour la plus grande partie des journalistes présents dans la salle. Probablement l’occasion pour eux d’échanger leurs impressions sur les rumeurs de transferts et le niveau de nos adversaires en championnat. Je remarque l’inusable Antoine Osanna du Progrès, qui, comme à son habitude, est prêt à dégainer son carnet de notes et ses questions. Je m’installe dans le fauteuil sur l’estrade :

-« Messieurs, vous pouvez lancer les hostilités ».

Quelques rires et sourires amusés dans la salle. C’est bon signe, j’ai déjà acquis une partie de mon auditoire.

Lestat, quels sont les objectifs du club pour cette saison ?

-Les objectifs fixés par le président sont clairs, nous devons jouer notre chance à fond en Ligue des Champions. Ce qui inclut de fait jouer le titre, et le remporter.

-Lors du dernier exercice, vous vous êtes fait éliminer en 1/8ème de finale contre la Real Sociedad, qui était pourtant un adversaire à votre portée, pensez-vous avoir les capacités d’atteindre ces objectifs ?

-Oui. Car je trouve que notre élimination de la saison passée ne s’est pas jouée à grand-chose ; je crois qu’on s’est fait sortir à la différence de buts à l’extérieur, ce qui est à la fois réconfortant, car ça prouve que l’on a fait de bonnes rencontres, mais également frustrant, car il n’y a rien de plus rageant que de se faire éliminer sur ce genre de détails. Mais c’est là toute l’exigence des matchs de Ligue des Champions, la moindre petite erreur ne pardonne pas.

-A ce propos, vous avez déjà été très actif sur le marché des transferts, comme d’habitude, puisque la saison n’a pas commencée que le club enregistre déjà deux arrivées, le jeune Nikolov dont tout le monde parle, et Adamski, dont la réputation est plus discrète. Or, ce sont tous les 2 des attaquants, secteurs de jeu déjà bien fourni, était-ce utile de les recruter ?

Tout à fait, car le secteur offensif nous fait de plus en plus défaut chaque année ; Kamara et Govou se font vieillissants et sont moins performants d’année en année. Ben-David lui aussi avance en âge, et il ne me reste que Chepauskas et Gabriel. Or, et nous l’avons vu l’année dernière, dès que l’un baisse de niveau ne serait-ce que temporairement, les performances de l’équipe s’en ressentent, et je vous rappelle que l’objectif du club reste de faire une bonne figuration en Ligue des Champions, donc on ne peut pas se permettre ce genre d’aléas. De plus, ces arrivées compensent numériquement les départs de Thyago et Lacourt.

-Pouvez-vous nous en dire plus sur ces 2 joueurs ?

Nikolov est la sensation du dernier exercice du championnat Bulgare, et bien que sa réputation Européenne soit encore limitée, il est décrit comme le futur Cristiano Ronaldo dans son pays. Pour l’avoir personnellement supervisé, je peux vous dire que ce n’est pas usurpé, et qu’il mérite largement son surnom de « Baby Stoickhov ». Quant à Adamski, il vient de l’Espanyol Barcelone où il était black-listé, et vient ici pour dépanner occasionnellement.

-On parle également de l’arrivée du jeune Gautier de Nancy, pouvez-vous nous en dire plus sur ces rumeurs ?

Je ne commente pas les rumeurs, vous devez le savoir. Seul le concret m’intéresse.

-Doit-on s’attendre à d’autres arrivées ou départs ?

Nous verrons en temps voulu. Des jeunes peuvent cependant s’attendre à gagner du temps de jeu en prêt.

-Comment appréhendez-vous la saison qui s’annonce ?

Compliquée. Les adversaires sont de plus en plus nombreux et mieux armés chaque année : le PSG qui, du fait de son statut de vainqueur de la Ligue des Champions, sera l’un des favoris, Nantes, qui produit un jeu régulier, est également à surveiller, sans oublier toutes les autres équipes qui auront à cœur de nous faire tomber.

-Lestat, d’un point de vue personnel, vous êtes devenu le nouveau sélectionneur des Pays-Bas, quels sont vos sentiments et les raisons qui ont conduit à ce choix ?

C’est une fierté de rejoindre une sélection aussi prestigieuse, et j’aurai la possibilité d’écrire les premières lignes d’une sélection qui, en dépit d’un passé glorieux  qui a vu évoluer des joueurs aussi prestigieux que Gullit, Van Basten, Kluivert, Bergkamp ou Sneijder, n’a jamais rien gagné. Après la Coupe du Monde, j’ai eu le choix entre la Turquie et les Pays-Bas. J’ai préféré ces derniers, car la formation des jeunes y est beaucoup plus poussée, et qu’à mon sens ceci promet un bel avenir pour cette équipe.

-On a vu très énervé après certains membres de la fédération Anglaise, suite à votre élimination contre l’Ukraine. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce feuilleton qui a passionné les médias cet été ?

Et merde, ça y est va falloir assumer.

Après 4 ans de bons et loyaux services pour la sélection de sa Majesté, pendant lesquels j’ai battu un certain nombre de records et remporté un Championnat d’Europe, j’ai été remercié après un match pendant lequel nos efforts n’ont pas été récompensés, et pendant lequel nous avons été éliminés après un rouge pris pour une faute inutile de Terry qui nous a laissés à 10 pendant la majeure partie de la rencontre. Nous étions annoncés comme faisant partie des favoris de la compétition, et nous avons failli à ce statut. Si je reconnais l’échec de l’équipe, je trouve que la réaction de la Fédération a été exagérée et disproportionnée par rapport à la situation voilà tout.

-Que reprochez-vous à la fédération Anglaise ?

De ne pas avoir été objective. Nous avons été éliminés sur un coup du sort, et j’ai été traité comme un paria. Je reproche également à la Fédération de ne pas avoir su investir dans les jeunes du pays, les nouveaux venus ayant un niveau de plus en plus faible, ce qui m’a poussé à continuer avec les anciens, comme Gerrard, Rooney ou Ferdinand. Je ne dis pas que ce sont de mauvais joueurs, mais j’ai de grosses craintes pour l’avenir de cette sélection, qui va finir par ne plus être compétitive au niveau international. C’est ce qui explique notre baisse de niveau sur nos derniers matchs, les autres sélections ayant pu intégrer de bons jeunes à leur équipe. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai vérifié les capacités des jeunes à intégrer l’effectif des Pays-Bas dans les prochaines années avant d’accepter le poste.

-Et à l’OL, tout se passe bien ?

Très bien, nous avons un très bon public, le président est toujours à l’écoute de mes demandes et l’on peut toujours avoir des discussions franches même en cas de désaccord ce qui permet d’éviter et de désamorcer les tensions. Quant à la vie de l’équipe, c’est de mon devoir de gérer ce petit monde de la meilleure façon possible. D’autres questions ? ».

Silence dans la salle.

« Je vous remercie ».

Quelques photos sont prises pendant que je quitte la salle de conférence. J’ai eu droit à mes questions sur ma Coupe du Monde ratée, mais je trouve que j’ai plutôt bien géré. Direction mon bureau, maintenant que les formalités ont été faites, je dois préparer mes matchs amicaux.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Thu 30 Apr - 3:06
Bon allez, fini le blabla, place aux screens !

J'ai mis un spoiler pour éviter que les pages mettent trop longtemps à se charger.

Effectif + Joueurs clés

Spoiler:

































Jeunes

Spoiler:



















La L1 en 2014 (selon CM)

Spoiler:





Mes gros rivaux du championnat

Spoiler:











Un peu d'histoire...

Spoiler:







Les ligues retenues

Spoiler:




avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Fri 1 May - 2:02
Juin 2014

Matchs amicaux



J'ai fait comme je fais toujours, j'accepte les matchs des premières équipes qui viennent, et je programme toujours un amical contre Saint-Etienne le 14 Juillet (histoire de faire un petit cadeau aux supporters Very Happy ) et un contre l'AEK mon ancien club.

Je suis assez satisfait de ces matchs, et surtout de mes deux recrues Nikolov-Adamski qui en attaque forment un super duo.

Trophée des Champions

Bon OK, c'est pas le titre de l'année. Mais ça fait toujours un nid à poussière de plus à ajouter dans l'armoire à honneurs. Du coup, je le joue à fond et mets l'équipe type.



On prend rapidement un but de Todorov. L'égalisation arrive peu de temps après, et ils se font expulser 1 joueur. Mais rien n'y fait, on n'arrive pas à marquer. La séance de tirs aux buts arrive, et on se plante comme des réservistes. On réussi qu'un tir, le trophée file. La saison ne s'arrête pas là, mais elle ne commence pas de la façon dont je l'aurais souhaité.

Amical bis

J'avais complètement oublié qu'on avait un autre match amical. Au lieu de mettre une équipe de titulaires, j'envoie des jeunes. Et ils ne m'ont pas déçu. La relève est peut-être assurée.



Tactique

Voilà la tactique j'ai adoptée. C'est une "spéciale Adé", un 4-4-2 pas-vraiment-offensif-mais-je-joue-quand-même-tous-les-coups-à-fond. Avec tous les joueurs qui ont pour consigne de jouer les centres et les passes en profondeur.





Transferts

J'ai finalisé un nouvelle recrue pour ce mois, c'est un jeune MDC qui joue à Nancy et qui est très prometteur. Il est destiné à intégrer l'équipe des titulaires dans les prochaines années.



Staff

Pour ceux que ça intéresse, j'ai mis les screens de moi-même ( Very Happy ) et du staff qui m'accompagne.

Spoiler:










avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Sun 3 May - 3:13
Août 2014



La saison commence doucement. On fait un nul plutôt moyen contre Cannes, et un match poussif contre Auxerre. Même constat contre Martigues, une équipe pourtant largement à la portée de notre équipe. Chepauskas n'est vraiment pas inspiré dans ses actions, et Gabriel est incapable de retrouver son niveau de jeu de l'année dernière. La défense répond plutôt bien, mais elle est encore assez fragile par moments, ce qui me cause quelques frayeurs lors des contres adverses. Même Nikolov et Adamski, que j'avais trouvés bien inspirés lors de nos matchs amicaux, ne retrouvent pas leur complémentarité. Heureusement, on finit sur une bonne not contre Marseille, que nous avons habituellement du mal à battre. Enfin, c'est surtout leur gardien, Pletikosa, qui est certainement le meilleur du monde à ceson poste, que j'ai du mal à battre. Car il faut être honnête, ça fait bien longtemps qu'ils n'ont plus une équipe qui tient la route.

La seule satisfaction de ce mois est Durand, qui a su tenir la baraque dans ses cages.

Côté coulisses, je dois gérer les premiers mécontentements. Je m'y attendais un peu, au vu de mon effectif pléthorique, mais certainement pas aussi tôt dans la saison. Mais d'un autre côté, je viens peut-être de trouver les morts de faim qui sauront se bouger sur le terrain et dynamiter le jeu de mon équipe.



Ligue des Champions

Ca y est, ils sont enfin là, les groupes de la Ligue des Champions. Depuis le temps que j'attendais de retrouver les joutes Européennes, ça fait vraiment du bien.



On retrouve nos bourreaux de la saison dernière, la Real Sociedad, le Milan AC, que nous avions battus 4-1 la saison dernière, et les touristes des Bohemians. Groupe à notre portée, mais il ne faudra pas se déconcentrer, la Ligue des Champions, ça ne pardonne pas. La moindre erreur se paye directement. Le père Aulas me met la pression direct, interrogé lors du tirage au sort, il dit ouertement qu'il veut qu'on soit en 1/8èmes.

En tout cas, les bookmakers sont de son avis. Mais bon, je ne sais pas si des types qui placent La Corogne comme favoris sont fiables. A noter que nous sommes accompagnés par trois autres compatriotes ; le PSG, Nantes et Nîmes. Oui, le club au crocodile.



Bref, puisqu'on va jouer en Irlande, on en profitera pour féliciter Stéphanie Roche, qui est nommée pour le prix Puskas.

Transferts

Rien à noter de ce côté-là. J'ai déjà un gros effectif, et je n'ai pas vraiment besoin de recruter. J'aurais préféré dégraisser un peu, mais aucune offre n'arrive. Donc statu quo. Ah si, en fin de mercato, je reçois une offre surprenante de Strasbourg pour Rincon.



J'accepte, je sais pertinnement que Rincon n'acceptera jamais de signer chez eux.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Thu 7 May - 2:42
Septembre 2014

Très bon mois. Pas le meilleur de ma carrière, mais comparé à ce qu'on a fait en Août, je ne peux que m'en satisfaire. On rebombarde le PSG, notre éternel dauphin, ce qui nous permet de prendre un bon ascendant psychologique sur l'un de nos plus dangereux adversaires, dès le début de saison. On enchaine contre Metz, où mon attaquant Adamski a littéralement ressuscité après son premier mois plutôt mitigé, et s'est bien mis en valeur.

Mais le plus beau vient certainement du derby. Habituellement âpre et disputé, le match pour la suprématie Rhônalpine a rapidement tourné en notre faveur. Alors oui, le score n'est pas extraordinaire. Mais nos adversaires n'ont eu la possibilité que de tirer 1 seule fois. Et en plus, ce n'était pas cadré.

En Ligue des Champions, on commence tranquillement. Un match équilibré contre la Milan AC, et une victoire en mode "détente" contre les Bohemians, qui n'ont pourtant pas démérité, surtout leur gardien.

En tout cas, je retrouve mon attaque Chepauskas et Gabriel, qui a remis en route la machine à but ; surtout que derrière mes 2 recrues Adamski et Nikolov se sont mises à enchaîner. Ca sent bon pour la suite. Et dans les cages, Durand continue à être intraitable. Comme l'est Pierre Martinet.





Eh oui, 6-2. Avec 3 buts en 4 minutes. On l'avait déjà fait la saison dernière, mais je ne m'attendais pas à réitérer l'exploit aussi rapidement. Enfin, c'est toujours sympa de s'offrir le scalp du vainqueur de la dernière LDC.




Ca faisait presque 2 mois qu'il était muet, on peut dire qu'il a attendu le bon moment pour se réveiller. Gabriel a su se montrer incisif. Le gros point noir reste qu'on perd Manoel, blessé pour 5 mois. Ca tombe bien, Essien et Spyropoulos se plaignaient de ne pas jouer, on va voir ce qu'ils valent. Je reste néanmoins persuadé que les Stéphanois l'ont fait exprès : Manoel s'est blessé à la... 42ème minute.

Coupe de la Ligue

Oui elle sert à rien. Du moins pas à grand-chose, sauf Montpellier, Lens ou Cannes, qui n'ont que ça pour espérer gagner quelque chose dans la saison. Mais on va la jouer à fond aussi, cette coupe.



On retrouve Louhans-Cuiseaux. Un grande histoire, nos matchs contre eux. On les a déjà joués il y a quelques saisons ; on perdait 2-0 je fais rentrer Jô, un de mes anciens attaquants, triplé et on gagne 3-2. La saison d'après, on rejoue contre eux. Même scénario ; on perd 2-0, je fais rentrer Jô, et on perd 2-0. L'histoire se suit mais ne se répète pas. En tout cas, ce premier match restera dans l'histoire comme les 3 seuls buts que Jô aura marqué pour Lyon pendant son passage ici.

Prolongations

Bon, je sors un peu de ma story pour faire un extra ; dent de sabre s'était étonné de certains des transferts dans ma partie, alors j'en rajoute 2 qui me semblent incroyables. Avec en prime, un screen de Tours pour faire plaisir à Max Smile . Le tout dans un joli spoiler que charn' saura apprécier, puisque sa page se chargera plus rapidement Very Happy .

Spoiler:








avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Fri 8 May - 2:30
Octobre 2014

On retombe dans nos travers des précédentes saisons ; on domine nos matchs mais on ne marque pas. Septembre avait été exceptionnel, mais l'équipe n'a pas su enchainer, on doit se contenter de victoires sans briller. Le seul qui a su surnager est encore Durand, qui fait vraiment un début de saison de haute volée. L'Equipe de France ne va pas être loin s'il continue.

Les résultats ne sont pas les seuls problèmes rencontrés par l'équipe ce mois-ci. On perd coup sur coup Renan, De Souza Vieira et Babayaro sur blessures. En plus, Gabriel prend un rouge contre la Real Sociedad et la commission de suspension a décidé ; 3 matchs de suspension. Au revoir mon meilleur attaquant pour le reste du 1er tour.



Qui a dit qu'il n'y avait jamais de spectavle en Ligue 1 ? 14 buts en 2 matchs, c'est plutôt pas mal.

avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Tue 12 May - 1:41
Novembre 2014



Le mois de la peur. Pour mes 45 ans, mes joueurs ont décidé de m'offrir un mois riche en sensations fortes, et surtout en crises de nerfs. Notre résultat contre Caen est trompeur, on encaisse un but rapidement, et l'essentiel de notre victoire s'est jouée en 2ème période où nos adversaires se sont écroulés. Parce qu'autant être honnête, on a été complètement à la rue sur l'entame de match.

Pareil pour notre match contre Montpellier, un but encaissé rapidement, et une victoire obtenue au courage. Si l'on rajoute le match contre Rennes, où Kwon rate un pénalty -chose que je déteste- et le match contre Nantes, où l'on a failli réaliser un vrai hold-up après s'être fait ramasser pendant tout le match, Novembre a vraiment été le mois où nos ratés en attaque ont failli nous occasionner notre première défaite en championnat de la saison. Les rencontres contre les clubs Bretons ne nous ont pas vraiment réussis.
Spoiler:
Dédicace à charn' Very Happy .

Encore une fois Durand a su veiller au grain, en arrêtant un pénalty contre Nantes.

Côté coulisses, on registre une nouvelle blessure, celle de Kaboul. Heureusement que pour la LDC c'est déjà réglé, parce que je n'ai plus de choix ; il me reste Flores, et c'est tout. En cas de nouvelle blessures, je vais devoir aller piocher dans la réserve. Et ce ne sont pas les retours de Coco et Martinez qui vont m'aider.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Wed 13 May - 19:01
Décembre 2014

Le mois commence bien, j'ai le droit à des félicitations "particulières" du président.



Je ne sais pas trop ce que ça veut dire, mais je suppose que s'il comptait me virer, j'aurai eu droit à quelque chose de plus direct ; le capitaine Aulas n'est pas du genre à prendre des gants. On va donc dire que je serai encore en poste jusqu'à la fin de saison.


Ligue 1



On finit l'année tranquillement. On s'est fait peur contre les Bohemians, mais surtout contre Sochaux, contre qui il a fallu batailler ferme pour obtenir la victoire. Au niveau tactique, j'ai sorti Babayaro de l'équipe de départ, vu qu'il était plus que décevant depuis son retour de blessure. Yontcha, mon arrière gauche Camerounais que toute l'Europe m'envie, a pris sa place. Spyropoulos a pris ses aises au milieu de terrain, et je vais devoir faire des choix importants quand Manoel, qui a repris l'entrainement, pourra rejouer. Mais bon, je vais pas me plaindre d'avoir des problèmes de riche.

Bref, on va quand même pouvoir passer un bon Noël. Avec un titre de champion d'automne, même si nos poursuivants ne nous lâchent pas.



D'autant plus qu'on a eu le droit à un petit bonus :



On joue de manière dégueulasse, on vendange 1 tir sur 2, mais au final on reste invaincus depuis 27 matchs, un record qui datait de 2008... l'année où l'on a gagné la LDC, la Ligue 1, Supercoupe d'Europe, la Coupe Intercontinentale et la Coupe de la Ligue. Faut-il y voir un signe ?


Ligue des Champions

La qualification obtenue, vient maintenant le tirage au sort pour les 1/8èmes. J'espère ne pas tomber contre un trop gros, car en général on a du mal à passer ce stade. Les premiers noms sortent, mais ;



Et merde. On va devoir se taper 1 de ces 3 là.

Finalement, la sentence arrive ;



Arsenal. Je crois que je peux déjà préparer mon discours d'après-élimination. Parce que si la Juve nous réussit plutôt bien, et qu'avec une bonne tactique, le Bayern est jouable, Arsenal reste probablement l'équipe contre laquelle j'ai le plus de mal. D'autant plus qu'ils comptent dans leurs rangs Graham et Matthews, deux de mes anciens joueurs avec qui nous ne nous sommes pas vraiment quittés en bons termes. Et qui de fait auront vraiment envie d'en découdre sur le terrain.

En tout cas ça n'affole pas plus que ça notre président, qui dit "que ce sera une confrontation avec du spectacle et des buts". Vu le ratio de buts de Chepauskas et Gabriel en ce moment, je ne suis pas vraiment du même avis.

A noter que PSG nous accompagnera, et qu'il rencontrera l'Inter. Nantes et Nîmes sont quant à eux passés à la trappe dès les poules.


Coupe de la Ligue

Il n'y a pas que la LDC dans la vie, il y a la Coupe de la Ligue aussi. Bon, c'est peut-être moins glamour comme compétition, mais ça reste un trophée. Et un peu comme en LDC je n'ai pas hérité du tirage le plus favorable qui soit ;



Montpellier, la seule équipe contre qui j'ai du mal. Pourquoi on a pas tiré Beauvais ? Elle va bien commencer la nouvelle année.

Matchs internationaux

Juste pour dire que j'ai oublié de dire que j'ai disputé mes premiers matchs en tant que nouveau sélectionneur des Pays-Bas.



Rien d'exceptionnel, mais mes débuts avec l'Angleterre étaient semblables. Le temps que l'équipe s'adapte au système de jeu et prenne ses marques demande du temps. On en a encore pas mal avant l'Euro 2016.

Après le tirage des poules de la LDC, j'avais dit que j'irai féliciter Stephanie Roche pour sa nomination au prix Puskas, vu qu'on allait jouer en Irlande.



Bon OK, je suis un peu décontracté sur la photo, mais j'ai juste eu le temps de la croiser à notre sortie de l'hôtel, après le match contre les Bohemians.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Sat 16 May - 0:25
Conférence de mi-saison


Lundi.

C'est marrant, dit comme ça, ça me rappelle un épisode d'X-Files. J'espère seulement que ça ne finira pas pareil. Parce que même si je sais que je n'aurai pas une journée très compliquée, je n'ai pas envie de la revivre indéfiniment. Car aujourd'hui, c'est la traditionnelle conférence de mi-saison.

La victoire acquise contre Martigues a beau avoir sonné la fin de la première partie de la saison, qui s'est soldée par un titre de champion d'automne, mes journées sont encore bien remplies. J'ai décidé de ne laisser qu'une semaine de repos à mes joueurs. Leurs piètres performances en attaque m'obligent à leur pourrir une partie de leurs vacances avec des séances de phases offensives.  

Dans ma tête, beaucoup de choses se bousculent. Outre les matchs contre Arsenal et Montpellier qui me travaillent déjà, j'ai pas mal de joueurs en fin de contrat, et je vais bientôt devoir lancer les négociations de prolongation. Maïa, Gautier, Martinez, Dawson, Gunchev, Ménez. Bon, les deux derniers c'est déjà réglé, je ne compte pas les garder. Par contre les autres, ça va être compliqué. Ils passent le plus clair de leur temps en tribune, et Dawson refuse de prolonger depuis que je lui ai collé une amende pour exclusion non-justifiée. En gros, les problèmes habituels qui font l'existence d'un grand club et qui, en tant qu'entraineur, ressortent de ma responsabilité.

Le point positif c'est que nous sommes encore en lice pour la LDC, la Coupe de la Ligue et la Coupe de France. Bon, c'est vrai que pour cette dernière, on n'a pas eu à trop se fouler, vu que seuls les clubs amateurs ou de division inférieure ont joué jusqu'à présent. Mais c'est pas grave. Jusqu'à maintenant, tous les objectifs sont encore jouables.

Je rentre en salle de conférence. Un parterre de journalistes sont déjà prêts à en découdre. Qualification en Ligue des Champions oblige, des médias Anglais sont aussi présents.

-"Messieurs, plus vite vous aurez posé vos questions, plus vite vous serez en vacances."

Quelques rires amusés dans la salle.

-"Lestat, quel premier bilan tirez-vous de cette moitié de saison ?

-Mitigé. Certes nous sommes champions d'Automne, toujours invaincus, avec 7 points d'avance sur notre poursuivant, mais des points me dérangent quand même. Notre fond de jeu n'est pas toujours parfait, en dépit d'un effectif stable par rapport à la saison dernière. Certains diront peut-être que je pinaille sur des détails, mais j'attendais un peu mieux de mon équipe, qui a pour objectif de régner sur l'Europe et être l'un des clubs-référence au niveau continental dans les prochaines années.

-A ce propos, des bruits de couloir rapportent que vous êtes assez remonté contre Chepauskas, à qui vous reprocheriez de ne pas être aussi décisif que les saisons précédentes."

C'est vrai. Depuis le début de saison, Chepauskas est beaucoup moins tueur qu'il ne l'a été par le passé. Egoïste, maladroit, lent... il cumule tous les attributs du buteur inefficace. Mais je ne peux pas me permettre de le désavouer devant tout le monde, ce n'est pas mon style.

-"Je savais que les murs avaient des oreilles, mais pas qu'ils avaient une bouche. Il est vrai que je trouve certains de mes joueurs moins appliqués dans leur jeu, mais j'ai la chance d'avoir un effectif conséquent qui me permet de maintenir une pression sur mes joueurs et de leur faire comprendre que le banc existe, au cas où. Néanmoins, je n'ai pas pour habitude de laver mon linge sale en famille, et les discussions que j'ai en privé avec mes joueurs ne regardent que nous. Ni les journalistes, ni les supporters, ni même les murs.

-Et a contrario, quels sont les joueurs qui vous ont satisfait ?

-Alex Durand, Brighi et Gabriel. Je pourrais aussi ajouter Adamski et Nikolov. Alex s'est montré plus d'une fois impérial dans ses cages, et si nous en sommes là aujourd'hui, c'est en grande partie grâce à lui. Je pense sincèrement que le sélectionneur devrait avoir un oeil sur ses performances, car l'Equipe de France aura besoin d'un gardien de cette classe dans quelques temps. Brighi est toujours aussi important dans la construction de notre jeu, et Gabriel, s'il est moins finisseur, a su devenir un très bon passeur et déstabilisateur de défense ce qui s'est révélé utile. Quant aux deux derniers, leur adaptation s'est faite très rapidement, comme le prouvent leurs 10 buts inscrits respectifs.

-Le mercato hivernal arrive bientôt, est-ce que des arrivées ou départs sont prévues ?

-Sauf revirement de dernière minute, aucune arrivée n'est prévue. En ce qui concerne les départs, certains joueurs peuvent avoir un bon de sortie, à la condition que l'offre corresponde au niveau du joueur.

-Où en êtes-vous de la prolongation des joueurs qui arrivent bientôt en fin de contrat ?

-Les négociations ont débuté il y a peu, mais elles sont en bonne voie. Je suis confiant quant à l'issue des débats.

-Et qu'en est-il du cas de Dawson ?

-Michael a, comme les autres joueurs concernés, reçu une prolongation. Mais vous n'êtes pas sans savoir que sa situation, comparé à celle de ses coéquipiers, est légèrement différente, du fait du contentieux qu'il existe avec certains membres du staff. J'ai néanmoins confiance en l'intelligence de Michael pour savoir où sont ses intérêts. D'autant plus que, à ce jour, aucun club ne s'est manifesté pour s'attacher ses services. Or, quand on est international Anglais, on n'a aucun intérêt à rester sans club, du moins si l'on veut revoir un jour la sélection.

-Vous arrivez vous aussi en fin de contrat en Juin prochain, avez-vous entamé des négociations pour une prolongation, avec M. Aulas ?

-Quand on est entraîneur, notre objectif est de gagner des titres, pas de s'occuper de notre petit cas personnel. Les choses, si elles doivent se dérouler, se dérouleront en temps voulu.

-Le tirage de la Ligue des Champions a désigné Arsenal comme adversaire de l'OL pour les 1/8èmes de finale, comment appréhendez-vous cette double confrontation ?

-Nous avons l'effectif pour faire quelque chose. Arsenal reste néanmoins un adversaire plus que compliqué à jouer, et nous sommes bien conscients que ce seront 180 minutes intenses et âpres. Mais nous avons un bon effectif, et notre élimination prématurée contre la Real Sociedad la saison passée a su enseigner aux plus jeunes joueurs de mon effectif à quel point la Ligue des Champions était exigeante."

Je remarque un journaliste que je reconnais, mais je ne sais plus d'où. Après quelques secondes de réflexion, je me rappelle qu'il travaille pour un journal Anglais, et que je l'ai déjà vu lorsque j'étais en poste à la sélection Anglaise. Il semble vouloir me poser une question, je lui donne la parole. Son accent Anglais à râcler au couteau me prouve que je ne m'étais pas trompé.

-"Mister Deu Powrtivo, vaous semblé bien caonfiant paour ceu match de Ligue des Champions. Or, lé clubs Anglais neu vaous aont jamais wréussi, on pense nowtamment à vaos matchs contre Arsenal et Manchester United. "

Enfoiré de rosbeef.

-"Je ne suis pas confiant, mais je sais que nous avons une chance de passer. Comme le dit la phrase cliché : à ce stade de la compétition, c'est du 50-50. Et puis il ne faut pas oublier que j'ai l'habitude de transformer les petites équipes en machines à gagner, regardez la sélection Anglaise, peu d'entraîneurs auraient pu gagner l'Euro avec une équipe de stars vieillissantes."

Headshot. Ca t'apprendra à l'ouvrir.

-"Dernière question, vous avez joué vos premiers matchs, en tant que sélectionneur des Pays-Bas, quelles sont vos premières impressions ?

-Il est toujours difficile de s'exprimer quand on a joué aussi peu de matchs. Les joueurs ont besoin de s'adapter à un nouveau schéma tactique, et de prendre leurs repères. Il y a cependant un gros potentiel dans cette équipe, qu'il m'incombe de faire fructifier.

Pas d'autres questions ?

Bonne dinde à vous alors."

Je quitte la salle de conférence. J'ai l'entraînement de demain matin à préparer.
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Thu 21 May - 1:37
Janvier 2015

« PUTAIN ARBITRE, POURQUOI T’AS LAISSE JOUE ? T’ES EN TRAIN DE NOUS PLOMBER NOTRE CHAMPIONNAT LA, C’EST PAS POSSIBLE D’ETRE AUSSI CON ! »



Ces images ont dû faire le tour des médias. Petit flash-back.

Stade de Bon Rencontre, 22h30. On joue contre Toulon. Je n’aime pas jouer contre eux, car même si ce n’est pas l’équipe la plus dangereuse du championnat, j’ai toujours du mal contre eux. Mais ce soir, c’est un peu exceptionnel, on mène 1-0, et même si on n’arrive pas à concrétiser, on domine le match. Jusqu’à cette 75ème minute : Renard, mon défenseur, se blesse lors d’un contact anodin avec Bernaud, l’un des attaquants adverses. Mais l’arbitre laisse jouer. Et Bernaud ne se pose pas de questions, il joue. Il part dans le dos de ma défense, et s’en va fusiller Durand, sans la moindre gêne. Déjà ça, ça ne m’aurait pas plu en temps normal. Mais là c’est un peu plus particulier ; la semaine dernière on a connu notre première défaite de la saison contre Montpellier, au terme d’un match dégueulasse de notre part. Résultat : sur mon banc de touche, j’explose. On a des échéances importantes qui arrivent, et un nul aujourd’hui risque de plomber notre championnat. Parce qu’avec la Ligue des Champions qui revient le mois prochain, et les matchs de Coupe de France, on va bientôt connaitre des semaines avec 1 match tous les 3 jours. Rien de tel pour s’épuiser et se faire rattraper par nos poursuivants au classement.





A la fin du match, Bernaud vient serrer la main aux membres du staff, probablement plus par réflexe que pour faire son malin. Si mon équipe technique lui serre, certes par politesse, également la main, ce n’est pas mon cas. Lorsqu’il arrive face à moi, il aura droit en tout et pour tout et à cinglant « Va te faire foutre connard ». Il ne moufte pas. Tout l’inverse des caméras de Canal, qui étaient derrière moi et que je n’avais pas vues.


Résultat, les journalistes de la chaîne cryptée veulent absolument avoir la réaction du président Aulas, ce qui va donner lieu à un échange un peu tendu avec Pierre Ménès :



Monsieur Aulas, que pensez-vous de la réaction de votre entraineur ce soir ?

-Je connais Lestat depuis quelques temps, et je trouve que sa réaction est assez logique. On prend un but sur une action de jeu où le buteur est à la base fautif, et sa réaction est compréhensible.

-Mais de là à insulter l’arbitre, c’est quand même un peu exagéré non ?

-Je suis président de l’Olympique Lyonnais depuis maintenant 25 ans, et j’estime que j’ai une expérience assez large de ce qui se dit sur un terrain, hors et pendant le match, que ce soit au niveau national ou européen. Et je peux vous dire que les joueurs, entraineurs voire même les présidents de clubs, ne font pas qu’échanger des vers et des alexandrins avec les arbitres. La seule différence c’est que là, vos caméras étaient présentes. Lestat a réagi certes de manière « directe » dirons-nous, mais je pense que le fait de jeu à l’origine de ses propos, est justifié. Il ne faut pas oublier que nous perdons 2 points ce soir, et peut-être même un joueur de notre effectif, bien que nous soyons encore dans l’attente des IRM qui nous en diront plus sur la blessure de Philippe. Mais je crois me souvenir que vous travailliez au service communication lorsque vous étiez à Reims ? Donc ne vous inquiétez pas, si un jour j’estime que Lestat a besoin de conseils dans ce domaine, je ferais immédiatement appel à vos services.

-Vous savez qu’il risque une suspension de la part de la LFP quand même ?

-Attendons le verdict de la LFP, nous verrons après.

-Oui enfin, insultes envers l’arbitre, envers un joueur adverse… ça sent mauvais quand même hein ?

-Je le répète, attendons le verdict de la LFP. Il ne faut pas oublier que sans vos caméras, personne n’aurait rien su de ce qui s’est dit ce soir.

-Vous avez perdu contre Montpellier la semaine dernière, vous faites une sortie plus que moyenne ce soir, est-ce qu’on peut dire que Lyon est en crise ?

-C’est bien une question de journaliste ! Ce que je vous propose, c’est d’en reparler quand nous vous rapporterons le scalp de Marseille ».


3 jours plus tard, le verdict tombe : 2 matchs de suspension. Heureusement que j’ai un forfait pro illimité, je pourrais donner mes consignes à Reynald depuis les tribunes. Et puis surtout, je serais de retour pour le match contre le PSG.



C'est la dernière fois que je dirige un match depuis les tribunes. Parce qu'il y a toujours un mec avec une tête qui fait peur derrière toi.


Finalement, ma suspension s’est plutôt bien passée : on écrase Marseille, et on a une victoire tranquille contre Angoulême en Coupe de France, avec un but CSC de la part d’un joueur adverse certes. David Habasque qui marque contre son camp. C’est logique, sur l’action, il était pressé par Dawson, qui ne lui a pas lâché la basque. Et pour mon retour sur le banc, on gagne contre la PSG.




On est à un peu plus de la moitié du championnat, et ça sent déjà bon le titre…



On a perdu notre série d'invincibilité toutes compétitions confondues, mais on continue en championnat.



Et puis il y a pire que nous.




Transferts

Maïa, Gautier et Martinez ont prolongé. Bon, il y a fallu leur mettre une petite augmentation, avec une prime à la signature. Mais ils rempilent. Par contre Dawson n’en démord pas, il ne veut pas prolonger. Et je ne sais pas s’il y a un lien de cause à effet, mais ses performances sur le terrain s’en ressentent. Du coup, il sort de l’équipe.

Par contre, on a eu droit à quelques offres surprenantes.







Saint-Etienne qui veut m'acheter 3 joueurs, dont un qu'ils m'ont vendu il y a quelques temps. La blague.


Coupe de France

Tirage au sort du tour suivant.




Divers

Les membres  de la FIFA ont décidé, Lev Yachine a un successeur.

avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Thu 18 Jun - 23:54
Février 2015

Partie I







Février a beau être le mois le plus court de l'année, il n'en sera pas l'un des moins intenses. Car si on commence assez tranquillement par 2 rencontres de championnat, contre Bastia et Metz qui, pour être honnête, ne sont pas les équipes les plus à craindre du championnat, on enchaîne ensuite par le derby, la Coupe de France et... la Ligue des Champions, avec notre match contre Arsenal. Février a donc beau n'avoir que 28 jours, il n'en reste pas moins que ce sera un mois éprouvant, du moins nerveusement.

C'est d'ailleurs ce que semble vouloir me rappeler le Destin en ce premier jour du mois, lorsque j'arrive à Tola Vologe. Je passe devant le bureau du père Aulas, et surprend une conversation qui m'intrigue :

-"Non mais attends Frédéric t'es sérieux là ? Comment ça "C'est un jury d'experts qui a décidé ? Tu te fous de moi, c'est qui ton jury d'experts ? Le C.A de Saint-Etienne ? On a un joueur qui a failli finir à l'hosto dans l'histoire ! Tu sais quand même que si la France a un si bon coeff. UEFA c'est grâce à nous, et sûrement pas grâce aux gloires éphémères de Nîmes, Paris ou Auxerre ! Oui je sais que c'est fait et qu'on ne peut rien changer, mais c'est pas une raison, vous pouviez quand même réfléchir avant !".

Je ne sais pas qui est à l'autre bout du fil, mais il a sacrément énervé le président.

Un peu plus tard, je croise Bernard dans un couloir. Après avoir discuté météo & schéma de jeu, je ne peux m'empêcher de lui demander :

-" Au fait, tu sais avec qui il était Jean-Michel tout à l'heure au téléphone ?

-Oui, tiens".

Il me tend un papier. Je le parcours rapidement.

-"Pu... les enfoirés !".

C'était une capture d'écran du site de la LFP, et plus particulièrement de la page qui distingue les buts du mois.

"Réunie en session plénière ce 31 Janvier, la Commission Exécutive de la LFP a décidé de récompenser M. BERNAUD Murat, attaquant du Sporting Club Toulon Var, pour son but inscrit contre l'Olympique Lyonnais le 14 Janvier à l'occasion de la 25eme journée de Ligue 1, en lui accordant la 3ème place au palmarès du plus beau but du mois. Cette distinction vise à récompenser les qualités esthétiques particulières mises en œuvre lors de sa réalisation, et dont la finesse technique évidente ne peut qu'être soulignée, tout comme la grâce qui accompagne une si merveilleuse finition".



" Les qualités esthétiques particulières mises en œuvre lors de sa réalisation, et dont la finesse technique évidente ne peut qu'être soulignée, tout comme la grâce qui accompagne une si merveilleuse finition..." Ça fait quand même beaucoup de superlatifs pour un vulgaire plat du pied... Pris hors contexte, on pourrait croire que ce communiqué parle de De Vinci qui vient de peindre La Joconde.

-" Ils ont encore pris une décision aberrante à la LFP.

-Oui, mais bon c'est pas la première fois. Et puis maintenant c'est fait, Philippe n'a pas eu de longue blessure, ça reste le principal. On ne va pas faire une révolution pour une histoire de but.

-Pas cette saison peut-être, mais l'année dernière ça aurait été différent".

Il m'adresse un léger sourire. Parce qu'il sait que derrière cette réponse de râleur invétéré que je suis, j'ai raison. Si aujourd'hui nous possédons un petit matelas de points d'avance sur nos poursuivants qui nous permet de voir venir, la saison dernière nous avons fini champions à la dernière journée... avec un point d'avance sur le PSG. A l'époque, ce but nous aurait coûté le titre.

Mais bon, Bernard a peut-être raison. C'est fait, et on ne va pas revenir dessus. On ne va pas se laisser déstabiliser par ça, on a une série de 25 matchs de championnat sans défaite qui tient, on va la faire tenir.

Enfin, plus pour longtemps...



Ben voilà, on aura tenu 25 matchs. Le score ne reflète pas vraiment la physionomie du match, vu qu'on a pas existé durant la rencontre. Je ne sais pas si les joueurs ont déjà la tête au derby ou à la Ligue des Champions, mais ils ont tous été transparents sur ce match. On doit marquer sur notre seule vraie action organisée du match, et la maladresse des attaquants Bastiais nous a évité de prendre une trop grosse tôle. Je ne sais pas ce qu'il y a de plus frustrant sur ce match : perdre notre invincibilité, ou prendre un but de Patty Kikunda.

Heureusement, on se refait contre Metz et en Coupe de France :



Adamski a été à la fête comme au match aller, et nous a encore gratifié d’une superbe prestation. Quant au match contre Besançon, ça passe sans difficultés.

Mais en début de mois, je sentais que Février serait un mois éprouvant. Force de constater que je ne me suis pas trompé...





Février 2015 - A suivre...


Last edited by Adé on Thu 18 Jun - 23:55; edited 1 time in total (Reason for editing : :p)
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Sat 20 Jun - 2:10
Février 2015
Partie II


Alain Perrin, l'entraîneur de l'ASSE et de l'Equipe de France, sort cette interview, dans laquelle il en profite pour cracher son venin et tenter de nous intimider avant le derby. Morceaux choisis :

-" M. Perrin, comment abordez-vous le derby de Samedi prochain ?

- Avec confiance. Nous allons affronter une équipe de Lyon qui n'est pas au mieux de sa forme, et dont les récentes victoires contre Metz et Besançon ne sont que les cache-misères d'une équipe dont le niveau ne fait que de se dégrader d'année en année.

- Pourtant Lyon possède plus de 10 points d'avance sur ses concurrents, et ses adversaires annoncés en début de saison, comme le PSG ou Marseille, sont au-delà de la 5ème place.

- Ça ne veut rien dire. Marseille réussit 1 saison sur 2, et là c'est la mauvaise. Quant au PSG, ce classement s'explique tout simplement par la Ligue des Champions, puisque la poule du club Parisien était beaucoup plus relevée que celle des Lyonnais, ce qui a demandé une dépense d'énergie beaucoup importante, et qui se ressent aujourd'hui au classement.

- Vous-même n'êtes que 11ème au classement.

- Oui mais ça c'est de la faute des Lyonnais, regardez leur équipe : Durand, Chepauskas, Brunel... tous leurs joueurs viennent de chez nous ! Et puis de toute façon, nous avons reçu lors du mercato d'hiver un renfort de poids, avec la venue de Chamakh.

- Brunel ne joue qu'avec les moins de 18 ans, et vous n'étiez pas contre le départ de Chepauskas puisque c'est vous qui leur avez proposé ?

- Parce qu'ils nous harcelaient ! On recevait 50 propositions de transfert par jour, au bout d'un moment j'ai craqué, voilà tout !

- Pourtant, Lestat De Portivo affirme que c'est vous qui leur avez proposé Chepauskas de votre propre chef, et qu'il n'a fait qu'accepter votre proposition.

- Le problème avec l'entraîneur de Lyon, c'est qu'il est prêt à inventer n'importe quoi depuis qu'il sent que son équipe perd du terrain. Depuis qu'il a gagné -par chance- une Ligue des Champions, il se croit tout permis et est prêt à enfoncer ses adversaires. Je ne dis pas qu'il n'a pas eu une période de gloire à un certain moment de sa carrière, mais aujourd'hui c'est fini. Je suis d'ailleurs sur qu'il ne tardera pas à quitter Lyon quand il sentira le vent tourner.

[...]

- Vous pensez donc que De Portivo n'est qu'un entraîneur surcoté ?

- Bien sûr ! Contrairement à moi, il n'a pas gagné de Coupe du Monde".

Eh ben, il a les chevilles sacrément enflées le petit. Parce que ce qu'il oublie de dire, c'est qu'avec Nasri, Réveillère et Le Tallec dans l'équipe, n'importe quel crétin peut la gagner la Coupe du Monde. En tout cas, je ne sais pas ce qui m'impressionne le plus chez lui : sa mauvaise foi ou sa puérilité affligeante. Reste que le conseiller de com' de l'ASSE a bien choisi son moment pour la réalisation de cette interview : la veille du derby. Il devait savoir que les journaux se contenteraient d'un historique des Saint-Etienne - Lyon le jour du match, ce qui empêcherait quiconque à l'OL de réaliser une contre-interview. Je dois le reconnaître, sur le plan médiatique, l'ASSE a bien joué. Reste maintenant à voir ce qu'ils valent un terrain...



Finalement, je ne regrette pas de ne pas avoir pu répondre à Perrin dans les médias. Parce que les supporters lui ont apporté la plus belle des réponses :


Oui bon, là c'est le supporter qui parle.

Ils ont eu sacrément de culot nos supporters sur ce coup. Se pointer à Geoffroy Guichard avec une banderole de ce genre, fallait oser.



Mais mes joueurs lui ont apporté une réponse qui n'était pas mal non plus :


Là par contre, c'est l'entraîneur qui parle.

3-0, avec seulement 2 tirs pour eux, de surcroît à domicile, la pilule a eu, et va avoir pendant quelques temps, du mal à passer chez nos rivaux. D'autant plus que, clin d'œil de l'Histoire, Chepauskas marque à la... 42eme minute. Une anecdote peut-être, mais elle est de celles qui écrivent la Légende du derby.



Après tant de réponses, c'est le père Aulas qui apporte, quant à lui, sa conclusion aux événements. Car en tant que grand fan des réseaux sociaux, il ne pouvait s'empêcher d'apporter sa pierre à l'édifice :


Là, c’est le Président qui parle
.

Je crois qu'après avoir obtenu 3 réponses, on n'est pas près de le revoir de sitôt le Perrin.



Ligue des Champions

Le mois de Février va bientôt se terminer, mais avant, il reste encore un match, que j'attendais avec un mélange d'impatience et d'appréhension : le 1/8ème de finale aller de la Ligue des Champions. La plus prestigieuse des compétitions Européennes est enfin de retour, après 2 mois d'absence. J'avais énormément de craintes avant le coup d'envoi, car Arsenal est une équipe à double tranchant : soit elle se plante et dans ce cas, on a nos chances, soit elle déploie son plus beau foot, et là, ça fait mal. Et force est de constater que j'avais raison de me méfier :



Bon, c'est pas catastrophique, mais c'est loin d'être parfait. On a opposé une belle résistance, mais l'avantage allait clairement à nos adversaires. Portés par un Robinho des grands soirs, ma défense a souffert, et je dois féliciter mon attaque qui, sans être transcendante, a su être décisive quand il le fallait. La chance nous a souri, notamment sur le but de Nikolov, qui marque depuis un angle impossible, ce qui nous permet d'arracher le nul. La tâche s'avère néanmoins compliquée au match retour.

Et elle le sera bien plus que je ne le pensais...

La suite en Mars...
avatar
Admin
Messages : 1267
Date d'inscription : 2010-11-01
Age : 28
Localisation : Devant l'ordi ,sur CM03/04
View user profile

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

on Tue 23 Jun - 19:51
Février 2015
Partie III

27 Février. Au programme de la séance d'entraînement de ce matin, une séance de surnombre offensif. Rien de particulier à signaler : Chepauskas vendange toujours autant, Gabriel s'amuse avec les défenseurs et Nikolov tente des lucarnes. Que du grand classique, en somme. Mais à 5 minutes de la fin :

-" AAAAAHHOOOOOWWWWW !!!"

Durand vient de s'écrouler. Laurent Gomis, le kiné, accourt. Il l'examine, mais après 10 minutes à le scruter sous toutes les coutures, il lâche :

-" Va falloir l'emmener à Grange-Blanche".

J'aime pas ça. D'expérience, je sais que quand un kiné te dit qu'il faut emmener un joueur à l'hôpital, c'est que c'est vraiment pas bon. Et quand c'est ton gardien titulaire qui doit y aller, tu commences vraiment à réfléchir. Parce qu'un joueur qui évolue à ce poste clé, tu sais que tu ne le remplace pas comme ça. Bref, direction Grange-Blanche.

3 heures et une batterie d'examens plus tard, le verdict tombe : léger coup aux ligaments du genou, soit 3 semaines d'indisponibilité. Outre les 2 prochains matchs de championnat, il manquera également le match retour contre Arsenal. Passé le contre-coup de l'annonce, je me mets à réfléchir. Je n'ai que 3 options pour le poste de gardien : Coupet, le gardien emblématique du club mais qui, à 42 ans, n'est plus aussi performant qu'il l'a été ; Chauvin, 18 ans, le gardien titulaire des -18 qui a fait quelques apparitions avec les pros et Mattos, mon gardien de 16 ans que j'ai acheté il y a maintenant 2 ans à Desportiva, un club de 3ème division Brésilienne, prometteur mais qui n'a jamais évolué au-delà de la réserve. Et le temps presse, car il n'y a que 2 matchs avant d'aller affronter Arsenal. Donc pas le temps de tous les tester...

Petit rappel:



Finalement, la seule solution qui me reste, c'est de tester les 2 jeunes. Coupet a énormément d'expérience, il s'est déjà mesuré aux attaquants d'Arsenal et est le n°2 dans la hiérarchie des gardiens, mais intrinsèquement il n'est pas un cran au-dessus de mes réservistes. Les 2 matchs de championnat me serviront à tester les 2 jeunes, pour voir si l'un d'entre eux peut prétendre à une place de titulaire, et à se mesurer à la puissance offensive des Gunners...

_________________
Sponsored content

Re: L'enfer du Dimanche (commence en 2014)

View previous topicBack to topView next topic
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum